lundi 28 novembre 2016

Voyage au Japon Partie 1

Après plus de deux ans d'études de la broderie japonaise, je décroche enfin en septembre dernier mon sésame pour la dernière phase du curriculum JEC, qui se déroule.... au Japon !!!
Voilà le prétexte tout trouvé pour découvrir enfin ce pays fascinant !

Accompagnée d'une autre collègue française, nous profitons du tout premier jour, avant l'enregistrement prévu le soir à l'hôtel, pour visiter Narita, ville accueillant l'un des deux aéroports internationaux de Tokyo.



C'est sous une pluie battante que nous parvenons au Shinshôji, 新勝寺, nouveau temple de la victoire, aussi surnommé Narita-san (la Montagne de Narita).


Ce temple affilié au bouddhisme Shingon est l'un des plus étendus de la région du Kantô, bien que peu connu des circuits touristiques habituels. Il est consacré à l'un des Dieux du feu, Fudô Myôô, ou Roi de la Sagesse Imperturbable...


Le grand escalier menant au temple principal est encadré de deux étangs où l'on peut jeter des pièces pour faire un voeu. Eh oui, presque comme en Italie ;)


Il faut secouer la cloche et taper dans ses mains pour invoquer la protection des divinités du lieu.
Notez la guirlande de 1000 grues accrochée sur la droite !


Le mur entourant le temple principal regorge de petites statuettes bouddhistes cachées au milieu des prières gravées sur la pierre et des arbustes soigneusement taillés.






Plusieurs bâtiments du Narita-san sont des biens culturels importants, comme la Pagode à deux étages de 25m de haut, datant de 1712 ! 


Les couleurs des plafonds entièrement peints sur bois sont tout simplement magnifiques.


Le petit bassin où faire ses ablutions pour se purifier avant d'aller prier, avec les fameuses "louches" pour se rincer les mains et la bouche. Le dragon veille sur ces eaux !



Dans le passage menant au Temple, de grandes sandales de paille, o-waraji, sont accrochées pour repousser les mauvais esprits.
Les visiteurs touchent ces sandales pour porter chance, et apportent également des sandales qu'ils ont confectionnées, en paille ou en tissu recyclé.


Sur un grand panneau sont accrochées des plaquettes en bois contenant des voeux ou des prières, ou Ema. Les Kami ou divinités les liront pour exaucer les souhaits.


Le reste du domaine du temple est contitué de plusieurs hectares d'un magnifique jardin, où même les plus vieux arbres bénéficient de "cannes" pour se reposer !




Dans le domaine apparaissent ici et là plusieurs autres bâtiments, la plupart tout en bois et étonnamment bien conservés...





Avant de quitter les lieux, nous croisons les écolières à la sortie de l'école, traversant l'enceinte du Temple pour rejoindre leur maison.


 La rue longeant le Temple est également connue pour ses échoppes traditionnelles et ses vieilles maisons.


Voici le marchand de Saké, reconnaissable à ces énormes ballots !





Je n'ai pas pu résister au plaisir de vous montrer cette boutique au nom si français !


 Nous croisons dans la rue de charmantes statues représentant les différents animaux du zodiaque !






Dans un autre petit temple beaucoup plus modeste, surgit une rangée de moines jizô, portant bonnet et bavette !


La suite dans la Partie 2 !!





Aucun commentaire:

Publier un commentaire